Faculte de Theologie des Assemblees de Dieu du Burkina Faso

Former des Serviteurs de Dieu pentecôtistes de toutes nationalités, capables de faire des disciples de Jesus-Christ!

Les Assemblées de Dieu du Burkina Faso



Le Révérend Wilbur TAYLOR effectua une visite de prospection à Ouagadougou au printemps 1920.

Une équipe de six missionnaires fut alors envoyée pour fonder la Mission Américaine des Assemblées de Dieu en Haute Volta (aujourdhui Burkina Faso). L’équipe était composée de deux couples : M. et Mme Grace et Harry WRIGHT, M. et Mme Leeper et de deux demoiselles : Margaret PEOPLES et Jennie FARARNSWORTH. Le chef d’équipe était le Révérend Harry WRITH.

La traversée du Mali se fit surtout par le fleuve Niger. A partir de Mopti, hamac, cheval et vélo remplacèrent la pirogue pour amener le pionnier par la route jusqu’à  Ouagadougou. Ils arrivèrent le 1er janvier 1921.

Les autorités coloniales et coutumières octroyèrent un  terrain aux missionnaires à Gounghin, un quartier situé hors de la ville à l’époque. C’est là que naîtra la Mission Américaine des Assemblées de Dieu en Haute Vollta, en cette année 1921. Les missionnaires y édifièrent leurs premiers bâtiments en matériaux locaux, mais en style nouveau. Il en sera de même pour tous les autres bâtiments dans les missions annexes ouvertes dans les villes du pays.

Le but primordial était d’annoncer la Bonne Nouvelle du salut en Jésus-Christ aux populations locales, les missionnaires s’attachèrent très vite à l’étude de la langue des Moose pour pouvoir communiquer directement avec les populations. Les toutes premières codifications de la langue moore furent faites par Mademoiselle Margeret Peoples. Elle s’était rapidement familiarisée avec les femmes. Participant à leurs travaux, particulièrement le soir quand les femmes écrasèrent le grain à la meule, elle écoutait et transcrivait phonétiquement  ce qu’elles entendaient. Elle put ainsi établir un alphabet primaire de la langue moore.

L’œuvre d’évangélisation commença timidement à cause du handicap de la langue. L’évangélisation toucha en tout premier lieu, les nombreux ouvriers qui travaillaient au compte des missionnaires (cuisiniers et manœuvres), puis ce fut l’évangélisation en plein air. Les missionnaires allèrent de village en village portant la Bonne Nouvelle aux populations. L’expansion sur l’ensemble de la colonie suivra le découpage administratif du territoire.  La stratégie était de fonder une mission dans les cercles ; une fois la mission ouverte, on s’activait à mettre en place un solide noyau de chrétien dans la ville. A partie  de ce groupe, les villages du cercles étaient évangélisés.

En octobre 1926, le couple Arthur E. WILSON ouvre à Kaya, la première mission à l’intérieur  du Pays. L’évangile y avait été déjà proclamé quelques trois ans auparavant. Durant les travaux de construction de la Mission, la journée commençait toujours par la lecture de la Parole de Dieu et un court message d’évangélisation sur le chantier. L’évangélisation proprement dite se faisait le soir pour tout le monde.  Très tôt, les premiers convertis ont appris à lire. Certains d’entre     eux furent alors choisis et formés pendant six mois pour ouvrir des lieux de culte dans les villages environnants. Ces auxiliaires étaient regroupés périodiquement pour recevoir des enseignements complémentaires. Plusieurs d’entre eux ont reçu plus tard un appel définitif pour servir le Seigneur. La même stratégie était appliquée chaque fois qu’une nouvelle station s’ouvrait.

La deuxième mission à être ouverte fut celle de Yako. La ville avait été évangélisée en 1928 par M. SHIRER. Pour encadrer les premiers chrétiens de la ville, deux chrétiens de Ouagadougou, M Ba Zapa KAFANDO (TAPSOBA) et par la suite Sana COMPAORE y fut envoyé. Yako reçut ses premiers missionnaires résidents en décembre 1929 : M. et Mme Vivan SMITH. Ils furent accueillis dans un très grand enthousiasme par les chrétiens. Leur arrivée redynamisa l’œuvre. En effet, les chrétiens étaient très maltraités par leurs familles animistes et l’intervention des missionnaires auprès des autorités administratives changea la situation et redonna courage aux néophytes.   

Après Yako, l’axe Est fut établi avec l’ouverture de la Mission de Tenkodogo par M. et Mme Glenn JOHNSON, précédés par un évangéliste national, DENGTOUMDA Ninzemba qui avait déjà eu beaucoup de convertis. Située à 186 km de Ouagadougou, la Mission de Tenkodogo était la plus éloignée du quartier général, Kaya et Yako étant seulement à une centaine de kilomètres de Ouagadougou. Le champ était bien vaste, les difficultés de tous ordres et très nombreuses ; mais les bénédictions de Dieu les surpassaient toutes. Appelés par le Maître pour défricher, planter et entretenir une des ses vignes située à des milliers de kilomètres de leur patrie, l’Amérique, les missionnaires ne pouvaient se contenter de s’occuper d’une seule portion de ce champ, alléguant l’éloignement les unes des autres des différentes localités à toucher. Le Tout Puissant  qui les a conduits sur les huit mille kilomères des USA en Haute Volta était-il devenu subitement faible à tel point qu’il n’était plus capable de les protéger sur des distances de 200 à 300 Km ? Bien sûr que non. Alors, l’un après l’autre, les cercles furent touchés, puis les villages.

Trois ans après Tenkodogo, la mission de Ouahaigouya fut mise en place en 1934. Le travail préparatoire avait été assuré par l’auxilaire Wentègda ZABRE, un chrétien de Kaya. A l’arrivée de M. et Mme Vivan SMITH pour ouvrir la mission, il y avait déjà trois cents convertis environs. Avec cette ouverture, le Nord, l’Est et le Centre du "Mossiland" avaient leur base à partir de laquelle le feu de l’évangile devait se répandre dans les coins les plus reculés des différentes zones pour attirer des âmes perdues à Jésus- Christ. Il ne restait que l’Ouest, le Sud du plateau moose n’étant pas vaste, donc couvert par la base centrale, Ouagadougou.

La formation accélérée que les missionnaires avaient donnée à Ouagadougou, à Kaya et à Yako leur avait permis d’avoir des évangélistes locaux très dévoués. Après Ouahigouya, un serviteur de Dieu originaire de Yako, Bingassida ZIDA tenta la percée sur Koudougou en 1935. L’année suivante, le serviteur Patenda BAZEMO parlant à la fois le gourounsi et le mooré fut d’un apport très précieux à l’œuvre parmi les Gourounsi et les moose du centre-Ouest. Le pasteur Dimvia SALOU le suivit en 1938 en même temps que le missionnaire            et fut installé à Zoula. Leurs actions furent couronnées par la mise en place de la mission en 1938 par M. et Mme Harold JONES.

Avec l’érection de la mission            de Koudougou, tout le "Mossi land" était désormais quadrillé. Il restait à tisser la toile toujours plus grande et dense autour de chaque noyau à la manière de l’araignée. Le travail consistait également  à consolider les acquis par l’enseignement      de la Bible, l’apprentissage de l’écriture et surtout de la lecture aux nouveaux convertis. Le 30 novembre 1934, dix premiers prédicateurs furent consacrés. Le Seigneur bénissait chaque jour son œuvre. Les chrétiens croissaient régulièrement en nombre et dans la foi. Les lieux de cultes s’ouvraient de village en village. Les missionnaires se remplaceront ça et là, rentreront pour des congés ou définitivement, mais il n’y eut jamais d’année où le pays resta sans missionnaire. L’objectif de la Mission Américaine des Assemblées de Dieu dans le Soudan français visait à apporter l’évangile aux Moose. Cet objectif ne fut pas du tout exclusif. Les missionnaires n’ignoraient guère que le salut n’était nullement réservé aux seuls juifs. Un appel prophétique lancé aux USA avait été à l’origine de la priorité accordé à l’évangélisation des Moose.           

Aussi, les missionnaires franchirent-ils les frontières du Moogo et fondèrent la première mission hors du plateau moose à Pô, en pays Kasena en 1946 sous l’égide de M. et Mme FLATTERY. En 1952, la mission américaine de Ténado est ouverte en pasy gourounsi par M. et Mme Howard FOX ; cette mission était une annexe de la mission de Koudougou.  Du côté Est, Sansannemongo et Dapaongo dans le nord du Togo, furent évangélisés à partir de la mission de Tenkodogo. Les missions américaines de Boromo et de ZAbré sont respectivement ouvertes en 1953 et 1956 précédées par l’évangélsisation des pasteurs Sana COMPAORE, Tiiga NANEMA et Dabila DELMA.

 

Multimédia

Qui est en ligne

Nous avons 164 invités et aucun membre en ligne

Lauréat 2015

Retrouver ici les lauréats de la FATHEAD pour l'année 2015.

Retrouver les lauréats

Lauréat 2016

Retrouver ici les lauréats de la FATHEAD pour l'année 2016.

Retrouver les lauréats

FATHEAD CONTACT

01 BP 107 Ouagadougou 01
Tél. : (00226) 50 36 65 68
E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Site Web : www.fatheadbf.org

Aller au haut